Jiyan : Partir pour une vie meilleure

Samedi 23 novembre, 20h30 : Jiyan, Süheyla Schwenk

Hayat et Harun, jeune couple turco-kurde, arrivent en Allemagne après avoir fui la Turquie et ses scènes de guerre.
Il sont accueillis par la tante et l’oncle d’Harun, tous deux turcs, dans leur appartement à Berlin.
Quitter la Turquie est pour eux la promesse de reconstruire leur vie et d’offrir à leur enfant à naître, un plus bel avenir. Mais très vite, ils se rendent compte qu’ils ont échangé leurs anciens problèmes contre de nouveaux.

Dans Jiyan, le spectateur s’attache très vite à ce couple fusionnel. Ensemble, ils mettent même de côté leur croyance religieuse afin de goûter à tout au long du film, nous remarquons que des post-it fleurissent sur les objets de l’appartement. En effet, si au départ Hayat semble être la seule à vouloir apprendre l’allemand, elle parvient à convaincre sa belle-tante. Très vite, on se rend compte du fossé existant entre deux générations Hayat et Harun sont la représentation des jeunes qui cherchent à s’intégrer et découvrir leur nouveau pays

C’est avec son premier long métrage que la réalisatrice Süheyla Schwenk nous rappelle que, partir de son pays pour fuir la guerre ou l’oppression n’est finalement qu’une première étape sur un parcours semé d’embûches. Il faut ensuite trouver sa place, s’adapter à une autre culture et souvent aussi, à une autre langue pour enfin, se faire accepter. Les réfugiés savent que leur destin peut basculer à tout moment lorsqu’approche l’expiration de leur visa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *