To Make or not Remake ?

psycho-29041_1280

 

Pour cette année 2016, le festival Entrevues a décidé de mettre le Remake à l’honneur. Entre classiques incontournables et réadaptations modernes, le remake demeure parfois une pratique périlleuse puisqu’il donne lieu à une nouvelle version d’un film qui a été autrefois un succès. Pour sa 31ème édition, le festival du cinéma indépendant de Belfort a privilégié la « sécurité » en proposant une programmation éclectique au travers de 17 remakes de référence (confrontés à leurs originaux pour l’occasion). Ainsi donc, vous pourrez retrouver entre autres les inévitables « Palma/Hitchcock, Tarantino » ; « Wes Craven/Ingmar Bergman » (…)

Mais il ne fait nul doute cher lecteur, que le mot « Remake » évoque également un challenge dont l’issu est malheureusement fatale. Force est de constater qu’un bon nombre d’échecs sont apparus sur nos grands écrans. Cependant, oseriez-vous imaginer que plusieurs réalisateurs de légende dont le talent n’est pourtant plus à démontrer, ont échoué dans cet exercice à double tranchant. On y retrouve donc dans cette insoupçonnable sélection :

 

Psycho de Gus Van Sant 1998 : Une tentative illusoire où le réalisateur ose s’attaquer à un chef-d’œuvre « au prétexte aussi étrange que facile de faire redécouvrir le modèle aux jeunes générations ». Ce remake est  d’ailleurs complètement tombé aux oubliettes après sa sortie : tout le contraire du film originel !

 

La planète des singes de Tim Burton 2001 : « Un désastre. Maquillages des singes risibles (alors que ceux du film original de 1966 tiennent toujours la route), acteurs inexpressifs et surtout un final totalement incompréhensible » Mieux vaut garder en mémoire le souvenir du sensible Edward aux mains d’argent…

 

La deuxième souffle d’Alain Corneau 2007 :  Des comédiens de légendes inscrits au panthéon du cinéma qu’il est par conséquent difficile d’oublier,  des « clichés dignes d’un sketch », le seul intérêt du film étant peut-être la blondeur  platine de Monica Bellucci. Il vaut mieux vaut parfois se tourner vers la nouveauté…

Constance

(*Propos inspirés par Vanity Fair 03/12/2016)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *